Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2016

Tribune d'EGC de la Feuille de Mantes du mois de mai 2016

Le levain de la citoyenneté est au travail.

 

Une loi de trop démontant les dernières barrières de sécurité de la vie décente à laquelle chacun aspire.

Une oligarchie autiste, indifférente aux appels désespérés, et sourde aux multiples propositions citoyennes qu'elle ignore ostensiblement. Du mondial au local, bien calée sur ses privilèges, elle ne cesse d'avancer les pions de ses intérêts.

 

En réponse, un mouvement qui pose la démocratie comme méthode et comme la finalité de nos projets communs : une avancée citoyenne, en mesure de débloquer – sous conditions – toute cette absurdité. On y est !

 

Joël Mariojouls (Ensemble pour une gauche citoyenne).

13/05/2016

Le Conseil communautaire de Grand Paris Seine et Oise s'est réuni jeudi 12 mai à Gargenville.

Conseil communautaire de GPSO

12 MAI 2016

LA DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE EST PLOMBÉE.

 

RÉSUMÉ POLITIQUE DU FONCTIONNEMENT DE L'INSTITUTION

 

     1-Le Conseil communautaire prend son rythme de croisière. Destination : épuiser conseillers, journalistes et public par une torpeur savamment entretenue. Plus chiant, tu meurs ! (Vive la télé ! Au moins, il y a de la couleur! )

 

     2-Le traitement des élus ne respecte pas les règles de convocation en matière de délais : 5 jours francs avant le Conseil. Les fichiers ont été reçus lundi matin (2 jours francs) et la version papier à aller chercher à la poste...parfois la veille. Si ce n'est pas une décision volontaire, cela y ressemble. Pour ce Conseil du 12, les fichiers ont été envoyés à la poste le 6 (5 jours francs) : pourquoi ne sont-ils pas envoyés - via une plateforme - en même temps aux conseillers ? [ Réponse : "la prochaine fois" ]

 

     3- La majorité des 5 commissions ne s'est pas réunie : pas de point à l'ordre du jour est-t-il dit, alors que ce serait l'occasion de réfléchir (dans le cas de la commission environnement, elle aurait dû se réunir. Cf. ci-dessous).

 

     4- A plusieurs reprises les conseillers se sont plaints de ne pas être informés de questions pourtant importantes, vues de l'extérieur. Les décisions sont prises en bureau (dont 3 PC et 1 PS) composé du président, des 15 vices-présidents et de 6 délégués). Certains se plaignent de ne pas être associés au travail de construction de la décision alors que les 107 conseillers sans responsabilité sont payés 524 euros par mois.

 

     5-Concernant le procès verbal des séances précédentes, manquent beaucoup d'informations : absence des votes des amendements ; absence des orientations politiques suivies, en particulier lors du Débat d'orientation budgétaire ; absence de présentation de l'exposé des motifs  des principaux votes ; le contenu des débats est très mal résumé et ne peut être compris par les citoyens.

 

     6-Les règles du code des collectivités territoriales ne sont pas respectées.

             Exemple 1. Une DSP (délégation de services publics) sur la gestion des piscines (du Mantois) est votée ; nécessairement la Commission locale des services publics locaux (CLSPL) doit se réunir auparavant : cela n'a pas été fait. En toute rigueur, un recours au tribunal administratif annulerait la décision.

             Exemple 2. Le vote est fondamental dans une assemblée délibérante. Or, le comptage est farfelu et n'est pas assuré correctement. En particulier parce que les mouvements des conseillers n'est pas comptabilisé (sorties et rentrées doivent être comptabilisées pour s'assurer que le quorum est respecté). En seconde partie de soirée, après une pause (qui devait durer 1/4 d'heure et qui a duré 35 minutes) beaucoup de conseillers sont partis sans remettre de pouvoir, leur départ n'a pas été pris en compte.

 

RÉSUMÉ POLITIQUE DU RAPPORT DE FORCES LOCALES

 

    1- Le groupe Citoyen pour un territoire solidaire et écologique (CTSE), composé de 4 élus (Nathalie Coste, Ensemble pour une Gauche Citoyenne ; Ghislaine Sénée, EELV ; Alain Outreman, PCF ; Servane Saint-Amaux, PCF), est en rupture et en opposition avec la logique institutionnelle qui étouffe la démocratie citoyenne. Elle est minoritaire et, bien que vaillante, a du mal à faire entendre sa voix. Elle soutient Nuit debout.

 

   2- le groupe ISO (Indépendant Seine et Oise) est le groupe le mieux organisé, au point sur les dossiers et offensif. Il est composé de 20 membres. Il est indigné par la manière dont la démocratie formelle est bafouée. De centre droit, il tente ainsi de contrer le groupe Bédier-Tautou dit AGPSO (Agir pour GPSO) qui contrôle toute l'institution. L'influence de l'UDI et de la logique des rapports avec LR (c'est-à-dire entre partis qui concourent à l'expression des suffrages lors des élections nationales ou locales) explique sans doute son incapacité à envisager la possibilité réelle de faire de la politique avec les citoyens.

 

    3- Le groupe Démocratie et Solidarité est composé de la gauche institutionnelle (PCF avec Eric Roulot, Michel Lebouc, Dominique Bouré... ; PS  avec Monique Brochot, Rarma Sall...; divers gauche avec Garay, maire des Mureaux ; ...). Il s'est allié avec la droite non démocrate de Bédier-Tautou, considérant qu'il était possible de peser dans le bureau, organe exécutif, avec le président. Il a donc jusqu'ici voté contre les propositions démocratiques et citoyennes proposées par le groupe Citoyen (CTSE).

        Il se retrouve progressivement devant ses contradictions. Il s'est abstenu hier soir pour la première fois sur la délibération n°12 concernant une convention avec l'association pour un développement agricole durable...Il faut dire que Bédier-Tautou y sont allés fort ! La convocation de la "commission environnement durable" qui devait discuter de cette délibération a été annulée. Il faut savoir qu'elle est présidée par Eric Roulot, 7ème vice président à l'environnement, au développement durable et à l'espace aquatique, maire communiste de Limay. Eric Roulot, aux dires du représentant du groupe Démocratie et Solidarité qui a pris la parole, "n'a pu s'exprimer à ce sujet".

         Il me semble qu'un tel déni de démocratie aurait au moins mérité un vote contre (évidemment quand on est dans l'exécutif, c'est compliqué).

 

    Bref, du côté du centre (de la droite) comme de la gauche institutionnelle, il semble qu'il y ait peu d'espoir à voir émerger des soutiens à la démocratie citoyenne : si les mouvement citoyens et Nuit debout ne parviennent pas à être crédible, la politique comme domaine réservé des élus et des experts et comme produit des logiques de partis a de beaux jours devant elle !

 

LE FEUILLETON SUR TWITTER

 

1-Bon. Déjà 20 minutes de retard pour le Conseil communautaire de GPSO de ce jour à Gargenville.

 

2-Mise en scène pour le nouveau logo.
Euh... mise en Seine ! Le trait bleu représente la Seine!

 

https://pbs.twimg.com/media/CiRrRg4XEAAvn8u.jpg

 

 

3-Le public a même droit à un cadeau ! Yes !

 

https://pbs.twimg.com/media/CiRr0qxW0AIRlKT.jpg

 

 

4-On comprend rien...sur la delib concernant le vote de représentants de la CU dans un organisme HLM...les journalistes n'ont pas les infos.

 

5-On entend rien, râlent les journalistes...le public qui est derrière non plus.

 

6-P. Bedier lit souvent le journal pdt les débats. Qd il presente sa delib le groupe ISO sort à son tour le journal.

 

https://pbs.twimg.com/media/CiR-jhfWEAAhM8R.jpg

 

7-Il est vrai que passer son temps à regarder son portable ou lire le journal qd il y a des débats, ça énerve! Même le public !

 

8-Un conseiller se plaint de ne pas être informé du périmètre exact des compétences...de n'avoir rien à faire en commission...et d'être payé.

 

9-Le groupe Démo et Solidarité s'abstient sur le dev agricole durable...la comm envir. ne s'est pas réunie et le vice près. n'a pu s'exprimer.

 

10-N.Coste pose une q. orale sur le personnel. C'est possible dans la CU. Mais pas lors du C municip. de MLJ. Le maire la résume à sa sauce.

 

                                                                         Joël Mariojouls.

10/03/2016

Tribune d'EGC de la Feuille de Mantes du mois de mars 2016

Premières séances.

 

Le Conseil de la communauté urbaine dite « GPSO » confirme la mort d'une intercommunalité de démocratie locale proche des citoyens. Avec ses défauts, la Camy avait tenté de la construire sur la base d'un « bassin de vie » à échelle humaine.

 

C'en est fini. La réforme de l’État, acceptée par la grande majorité des élus, a engendré un mastodonte qui dysfonctionne, dirigé par un exécutif « apolitique » très recentralisé.

 

Face à cette régression, c'est aux citoyens, maintenant, de voir comment reprendre en main leur destin local.

 

                                                         Joël Mariojouls

10/02/2016

Création du groupe "Citoyens pour un territoire solidaire et écologique".

Voilà le texte rédigé pour la naissance de notre

GROUPE"CITOYENS POUR UN TERRITOIRE SOLIDAIRE ET ÉCOLOGIQUE"

lors de la réunion du mardi 9 février 2016

du Conseil communautaire de la Communauté urbaine GPSO.

La communauté urbaine GPSO s'est élaborée sans ses habitants et sans associer les personnels de nos collectivités à son organisation. Elle s'est construite sans projet, dans un esprit de mise en concurrence des territoires, de concentration du pouvoir et d'éloignement des citoyens des lieux de décision. Cette élaboration a été validée par le préfet malgré une minorité de communes ayant émis un avis favorable dans leurs conseils municipaux.

Le spectacle donné lors des deux premières séances communautaires, où ont régné le dilettantisme, la promotion du carriérisme, du copinage et du cumul des mandats, l’irrespect du devenir et des droits du personnel en poste, n’aura fait qu’accroître la défiance de nombreux élus et citoyens face à cette nouvelle instance politique et technocratique, fort éloignée des préoccupations qui nous animent.

Une intercommunalité ne se décrète pas. Elle se construit autour d'un projet, progressivement, dans le respect des singularités des communes et la recherche d’une collaboration pleine et entière impliquant tous les acteurs qu’ils soient politiques, économiques, culturels, sociaux ou citoyens. 

 Elus d’opposition, nous pensons que la Vallée de la Seine et ses habitants méritent mieux.

Nous avons décidé de réunir nos forces et nos convictions au sein d’un groupe pour défendre les intérêts collectifs de ce territoire en pleine mutation et promouvoir un projet fédérateur, autour de valeurs communes :

. respect des communes et des choix des habitants,

. implication citoyenne,

. égalité entre nos différents bassins de vie,

. préservation des services publics de proximité,

. relocalisation de l’économie pour des emplois durables et de qualité,

. valorisation des atouts locaux,

. luttes contre l’urgence sociale et l’urgence environnementale,

. protection des biens communs,

. protection et valorisation des espaces naturels et agricoles,

. refus de l’intolérance et promotion de la solidarité.


Nathalie Coste, Alain Outreman, Servane Saint Amaux, Ghislaine Sénée pour le groupe "Citoyens pour un territoire solidaire et écologique"

Conseil communautaire de la CU Grand Paris Seine et Oise du 9 février 2016

UN DRAME POUR LA DÉMOCRATIE LOCALE

 

Cela fait 12 ans que je suis conseiller municipal à Mantes-la-Jolie. J'ai observé beaucoup de ces scènes institutionnelles où les "assemblées délibérantes" délibèrent, votent et décident pour notre destin. Je suis habituellement très critique et le premier à râler.

Mais je n'ai jamais vu ça !

Je n'ai jamais vu une telle morgue dans le déni des règles formelles, insuffisantes, certes, mais tellement nécessaires à un début de démocratie.

Un président qui ne sait pas présider, qu'on n'entend pas et qui ne cesse de noyer le poisson lorsque certains ne font que s'interroger...ce qui est peut-être quand même le rôle de l'élu qui doit décider pour un collectif.

Un à-peu-près insupportable quand il s'agit de votes, de représentation, de délégations...et de fonds publics qui sont prélevés à travers nos impôts.

Il y a pourtant là beaucoup de maires, attachés je pense (je pensais), à leur commune et à la population qu'ils sont censés représentés. Attachés à quelque chose que je croyais être la République. J'en ai vu très peu, trop peu, manifester leur indignation.

Et puis, il y a pourtant là,  une gauche. La gauche institutionnelle faite de militants du PS et du PCF avec qui nous avons parlé et milité. Ensemble. Depuis si longtemps. Avec qui croyez-vous qu'ils se sont rangés, dans leurs votes. Pas avec mes amis : Alain, Ghislène, Servane, Nathalie.

Mais avec cette droite la plus cynique, capable de toutes les brutalités et de toutes les manoeuvres. Sans vergogne.

Demain, quelques autres éléments d'analyse prolongeront ce rapide résumé.

Vous pouvez déjà ressentir, à travers les quelques tweets réunis qui suivent, le désarroi que nous avons été quelques-uns du Mantois à partager : des républicains, certains du centre droit ; des fonctionnaires de la Camy qui sont sur le carreau et qui n'ont pas été repris dans la nouvelle Communauté urbaine parce que trop "martineziens" ; des gens de gauche comme moi qui ont toujours pensé que la gauche était plurielle, des libertaires aux centralistes en passant par les sociaux-démocrates, mais que ce qui les rassemblait dans l'intégrité et la solidarité était plus fort que tout le reste ; des gens de gauche plus partisans qui, aujourd'hui ne retrouvent plus leur maison.

De 20h15 à un peu plus de minuit : un drame.

**********

Salle du bout du monde a Epone : réunion du Conseil communautaire de la GPSO. Plein de surprises...peut-être!

 

*****

Conseil communautaire GPSO, il y aura 5 groupes. Un "groupe citoyen pour un territoire solidaire et écologique" avec G. Senee, S. Saint-Amaux, A. Outreman, N. Coste. Yes!

*****

Deux déléguées supplémentaires: Fabienne Deveze et ... hum, suspens !

*****

...si vous avez suivi les deux épisodes précédents, il manque une force politique importante dans l'exécutif !heu..Va-t-elle y être admise ?

*****

Vous vous en doutez...Rama Sall, conseillère municipale socialiste à Mantes-la-Jolie est élue... Elle participera à l'exécutif à côté de Pierre Bédier.

*****

Discussion du règlement intérieur. C'est la pagaille dans les votes des amendements. J'ai jamais vu ca...Tautou ne gère pas l'assemblée.

*****

Tiens les journalistes râlent... Ils n'ont aucun document de présentation...et le president n'est pas toujours très compréhensible...

*****

Blandine Tholance proposée et élue par le Conseil communautaire au Pôle métropolitain et à la base de loisirs.Mais elle n'est pas déléguée !

*****

 

Apres intervention, le President retropédale...B.Tholance sera suppléante..alors qu'elle n'est pas déléguée communautaire. N'importe nawak !

*****

Le Tribunal administratif déjà débordé va avoir du boulot s'il est saisi. Hum...et le contrôle de lésgalite de la Préfecture ? Non. Il dort.

     [Réponse deCatherine Couturier sur Facebook : Non il ne dort pas il n'y a plus personne pour faire le boulot. ..ça c'était la première phase de la rgpp ...révision générale des politiques publiques. ..tu sais les suppressions de postes dans la FP les non remplacement des départs en retraite.]

*****

Degré de bricolage incroyable : la commission d'appel d'offre ne respecte pas la proportionnelle...Pas de panique...ah, ouais. On recommence

*****

La paie.... Pt=4394 euros, vice-pt=2197euros, delegues=1098 euros, conseillers=524euros. Nathalie Coste intervient et vote contre (sont 6).

******
Indemnités de representation du President ( c'est le restaurant). 12000 euros par an. Apres intervention, ce sera 10 000 euros. Bon app!

*****

Bon. J'entends. "On revote..." Il y en a de plus en plus qui se marrent. Celui qui fait fonction de DGS à l'air tout aussi débordé...

*****

Mes héros citoyens! Nathalie Coste, G. Senee, Servane Saint-Amaux, Alain Outreman.